Paroles de Denise BERNARD-LUC

 

 

 

POUR ALLER OÚ ?


Le vent qui court pour aller où
Comme il se joue des contrevents
 Des paravents et puis s’échoue 

En fin de course au firmament 

Va que t’ importe aime le vent
Moulins à vent va défendant
Va-t’en courir le nez au vent
Au vent d’autan à l’ouragan

Et l’eau qui court pour aller où
Digue et barrage elle s’en fout
En fin de course son long ruban
S’ en va mourant dans l’océan

Va que t’ importe aime bien l’ eau
Laisse tes projets tomber à l’eau
Pour aller faire des ronds dans l’eau
Comme un joyeux saute-ruisseau
Le temps qui court pour aller où
Malgré l’amour il fait de nous
En fin de course des vieux enfants
Qui se refusent au dénouement

Va que t’ importe aime le temps
Qu’ il ne soit pas toujours argent
Gaspille-le, brûle tes ans
Et jusqu’ au bout profites-en.


L’ amour qui court pour aller où
Des beaux serments comme il se joue
Un bel amour un bel amant
En fin de course ça laisse en plan

Va que t’ importe aime toujours
La nuit le jour faisons l’ amour
Ô mon amour car même court
Un miracle est ton amour
Le vent qui court pour aller où.

 

 

Pour le mariage de son neveu

Alain LAMASSOURE :   

Chers Mariés

Nous voilà arrivés au château

Comme dames et damoiseaux

En moderne carrosse

Pour assister à vos noces,

Après un court détour

Vers l’église du bourg

Où le maire des lieux

Sur un ton sentencieux

Après deux « voulez-vous » interrogatifs

Deux « oui » affirmatifs

Deux anneaux suggestifs

Un long baiser significatif

Vous a unis pour le meilleur et pour le pire

Comme on a l’habitude de dire.

Nous revoici au château

A manger le morceau

Et à lever le verre

Pour une union prospère

Portons donc un toast à vous deux

Vous souhaitant d’être heureux .

A toi Caroline

A ta féminité câline

A ton éclat d’opaline

A ta silhouette d’asphodèle

A tes yeux de gazelle.

Il te faudra comme Pénélope

Attendre retour d’Europe

Ton Ulysse de mari

Le cœur un peu contrit.

S’il est vrai que les contraires s ’attirent

C’est un doux présage pour se choisir

Alain du Sud Caroline du Nord

C’est un présage en or

Lui bronzé comme un pruneau

Par le soleil et l’eau

Toi au teint d’aquarelle

Comme préservée par l’ombrelle

Lui musclé et fort

Par la pratique du sport

Toi au corps de Diane

Fragile comme une liane

Ta jeunesse éclatante

Sa maturité triomphante

Vous faites à vous deux

Un mélange fastueux

A vous voir si amoureux

On vous envie un peu

Mais on vous souhaite quand même

Puisqu’on vous aime

Beaucoup beaucoup de jours heureux.

© Denise Bernard-Luc

 

 

 

RETOUR