LE DÎNER DE FAMILLE

Comédie en 3 actes


Acteurs | Sujet et décor  |   Distribution             Presse

Rarement une œuvre a montré avec plus de violence

et de vérité la décadence d'une société.

( Pierre-Aimé Touchard, Le Parisien Libéré )


 

Théâtre de la Michodière

 

 

Création : 1er décembre 1944

Théâtre de la Michodière

Direction :

Pierre FRESNAY

Yvonne PRINTEMPS

 

Mise en scène : Jean WALL

Décor : J.A. BONNAUD

 

 


Argument :

Histoire d’un jeune bourgeois gâté par la vie qui prend soudain la nausée des compromissions et des esclavages de sa condition. Mais le cadre social à l’intérieur duquel il se meut est si infernalement résistant qu’ il n’essaie pas de le briser.


Décor :

Acte I et II :

salle à manger d’une grande ville de province.

Acte III :

petit studio-cabinet de travail.


 

Distribution :

Clémence.......................................Gabrielle DORZIAT
Gilberte...........................................Renée DEVILLERS
Jacqueline (*).............................. Jeanine DARCEY
Madame Durban........................ Marthe MARSANS
Richard........................................... Michel VITOLD
Hector............................................ Jean BROCHARD
Waroquier.................................... Jacques BERLIOZ
Fernand Caron............................ Jean-Henri CHAMBOIS
Anna, bonne de Clémence...... Renée SÉNAC
Juliette, bonne de Castéra..... Anny MARELLE

(*) Danièle Delorme a repris le rôle de Jacqueline

quelque temps après la première.

Yvonne PRINTEMPS
Pierre FRESNAY

 

Gabrielle DORZIAT

Michel VITOLD

Renée DEVILLERS

Danièle DELORME

Jean BROCHARD

Jeanine DARCEY

Jean-Henri CHAMBOIS

Jacques BERLIOZ

Jean WALL


Pièce écrite
au château de
Montcru, dans
l’ Ariège,à
Allières, petit
village des
Pyrénées où
s'est marié
l’ auteur.

 

Un dîner de famille

 

 

Adaptée et
filmée pour TF1

par Michel WYN, réalisateur de la
«Demoiselle
d' Avignon »

(DIFFUSION : 1er septembre 1976)


LE THEÂTRE AU SORTIR DE LA GUERRE :

Jean Bernard-Luc, un débutant, dont l’âpreté et la force de la pièce pourraient l’apparenter, dans ses prochaines pièces, à Mr J.Anouilh ou Mr Salacrou.

( Thierry MAULNIER, Le Théâtre )

Jean Bernard-Luc, Bourdet, Deval, Jean Anouilh nous rassurent sur l’avenir de la comédie de mœurs bourgeoises : la relève est, grâce à eux, assurée.

( L'Aurore )

Ce DÎNER DE FAMILLE a une sorte de tenue classique: les 3 unités. Drame tellement près de la vie qu’il fait souvent sourire.

( M. Laroche, Libé-Soir )

L’œuvre de J.Bernard-Luc vaut le déplacement. Il n’est pas tellement de pièces actuellement dont on puisse en dire autant.

( Claude SANTELLI )

Une belle comédie de caractères. Du bon théâtre. Tous ces personnages sont frappants de vérité.

( R. Daniel, Paris-Presse )

Enfin une pièce qu’on peut aller voir et la première digne d’ intérêt
parmi toutes celles qu’on nous a présentées depuis la réouverture des théâtres

( Le Boulevardier, Figaro)

Le meilleur spectacle auquel il nous était donné d’assister depuis la Libération.

( P. Benard )

J.Bernard-Luc a un réel sens du théâtre, intérêt constamment soutenu, dialogue vif, de bonne qualité. Une bonne pièce et supérieurement jouée…enfin du nouveau qui est aussi du bon.

( R. Joel, Résistance Ouvrière )

Dialogue dru, âpre et vrai. On retrouve un peu de la puissance d’Edouard Bourdet, dans les "Temps difficiles"

( Reflets, Genève )

 

Gabrielle Dorziat en 1905