QUAND ÉPOUSEZ-VOUS MA FEMME ?
Acteurs     |      Presse     |    Scènes           |     Origine du vaudeville


Comédie en 3 actes

de Jean Bernard-Luc et Jean-Pierre Conty

UN CLASSIQUE DU VAUDEVILLE

 

 

 

Création:
Théâtre du Vaudeville
Le 29 décembre 1964

Mise en scène :
Jean Le Poulain

Décor :
François Ganeau


L'action se déroule dans le living-room d’un psychiatre du XVIème arrondissement de Paris

 

 

Une machine à rire telles que celles montées par le maître-horloger Feydeau

( B. Poirot-Delpech, Le Monde )

Distribution :

Bertrand Germinat .....................Michel SERRAULT

André Dorignac......................Jean-Pierre DARRAS

Tante Minnie (*)............................Maria PACOME

Dolly, l’assistante......................Barbara SOMERS

Nadette Germinat.....................Michèle GRELLIER

Laetitia........................................Arlette DIDIER

Le visiteur.................................Clément MICHU

(*) Le rôle de tante Minnie a été successivement repris

par Micheline DAX, Jeanne SOURZA et Hélène DUC.

 

  Bertrand Germinat, psychiatre et sa femme Nadette ont décidé de divorcer pour pouvoir épouser, lui, Dolly, son assistante et elle, André Dorignac. Mais ils doivent ménager la tante instigatrice de leur mariage.
Celle-ci débarque chez eux au moment où Bertrand part en week-end avec son assistante. Elle leur annonce qu'elle est cardiaque, il est donc indispensable de ne pas lui porter un coup qui pourrait lui être fatal. Les époux désunis vont finir par se rapprocher sous l'influence de la tante qui est du reste en très bonne santé et a tout manigancé depuis longtemps.
C'est une succession de quiproquos, de rebondissements, de chassés-croisés et en fin de compte la bonne morale sera sauve…

 

« Un des plus grands chefs-d’œuvres de ces dernières années »

( Michel SERRAULT , lettre à Arlette Didier )

 

Michel SERRAULT

> carrière

Maria PACÔME

Jean-Pierre DARRAS

> carrière

Micheline DAX
Michèle GRELLIER

Barbara SOMERS

Arlette DIDIER
Clément MICHU
Jeanne SOURZA
Hélène DUC
Jean LE POULAIN
Maquette de l’auteur
 

               La Presse

 

Un petit bijou : le bruit de mon propre rire m'empêchait d'entendre les répliques de la pièce…

( Yvan AUDOUARD, Le Canard Enchaîné )

Une mécanique à moissonner les rires…le public est ravi…C'est le bonheur.

( Pierre MARCABRU, Paris-Presse )

Le public s'amuse follement.

( Gabriel MARCEL, Les Nouvelles Littéraires )

 

La pièce fourmille en situations cocasses, mots drôles, entrées et sorties d'une opportunité fracassante, d'inventions de détails perpétuelles

( BEN, Rivarol )

Le rire part. Il faut qu'il ne vous quitte plus.

( G.GUILLEMINAULT, L'Aurore )

 

On rit aux larmes pendant toute une soirée !

( Le Cyclope, Noir et Blanc )




Voir : Tournée Marthe Villalonga    Tournée Micheline Dax   TF1 Jacques Balutin

 

 

   

Le château du Rondon ( Olivet )

où l’auteur écrivit cette pièce